Bisbilles sur les Rosaires.

Publié le par Mireille DUBOIS


Les projets d'urbanisme de la municipalité de Plérin ont suscité l'opposition de l'association la Rosarienne et de propriétaires d'un terrain aux Rosaires. La municipalité a fait paraître par la voix de l'adjoint à l'urbanisme une réponse mettant en cause la précédente majorité.

La réponse de Jérôme Kerhardy a été publiée ce jour dans Ouest-France. En voici l'intégralité.

Villa MARTEROY
C’est bien le PLU 2007 qui protégeait ce patrimoine,
C’est la vente des deux tiers du terrain, avec des projets respectueux de l’environnement du manoir, qui permettait d’en financer sa réhabilitation,
Dire que nous ne tenions pas à sauvegarder ce patrimoine est un mensonge,
D’ailleurs, à cet égard, je rappelle ma proposition en conseil d’agglomération de transférer dans le manoir tous les services publics présents sur le site, notamment en été,
Quand on lit les propos de l’adjoint qui déclare qu’il y a assez d’équipements culturels sur l’agglomération, on peut se demander pourquoi alors ils ont ce projet de salle polyvalente avec des équipements culturels importants;

La Chapelle des Rosaires :
Nous avions fait le choix en 2007 de protéger ce bâti et cet espace, force est de constater que la municipalité actuelle n’a qu’une seule volonté : ne rien faire en la matière,
Nous sommes là aussi en total désaccord et considérons que le rôle de la municipalité est de préserver l’histoire et le charme de la commune de la meilleure façon qui soit,
Par ailleurs, la propriété en vente intégrant la rue qui l’entoure, le réaménagement des Rosaires pour accueillir les TUB aura un coût bien plus élevé que celui annoncé par l’adjoint,

Le centre d’hébergement décalé :
Une fois de plus, nous déplorons la façon de faire de cette municipalité qui décide seule et annonce aux personnes concernées, par voie de presse, ce qui devrait se passer,
Nous désapprouvons totalement ces procédés peu respectueux des personnes,
Nous apprenons par ailleurs que voilà encore un projet d’ores et déjà décalé de quelques années,,,

Enfin, notons que le rachat de la chapelle, du terrain derrière le centre aéré, du manoir de Marteroy et du traitement de la mérule auraient à eux tous réunis permis plusieurs projets intéressants et coûté bien moins cher que la propriété du Roselier rachetée à l’Etat et sans aucune destination à aujourd’hui,

Commenter cet article